Thématique 4

Enjeux sociaux pour le pastoralisme

Quelles sont les dimensions sociales de l’accès aux services sociaux, de santé humaine, de scolarisation, de jeunesse, de citoyenneté, de sécurité, de rapport à la modernisation?

Le développement dans les zones pastorales est resté trop souvent loin derrière celui des autres espaces, entretenant ainsi la pauvreté et la vulnérabilité qui nuisent à la viabilité du système. Des politiques de développement inappropriées ont souvent affaibli le régime foncier traditionnel et les systèmes de gouvernance des ressources naturelles ; elles ont restreint la mobilité des troupeaux qui conditionne le fonctionnement du système, tout en continuant à priver les éleveurs des services de base nécessaires au développement, tels que l'éducation, la sécurité et la santé.

Dans ce contexte, la propension des sociétés pastorales à se rendre invisibles reste souvent analysée avec ambivalence: on met en avant leur marginalité dans les actions de développement, tout en concédant que leur invisibilité les a préservées des effets d’interventions politiques contradictoires avec leurs processus de reproduction sociale. Cependant, les capacités d’adaptation des populations pastorales en Afrique subsaharienne, longtemps liées à leur stratégie d’évitement des pressions, sont aujourd’hui en contradiction avec une action collective susceptible de peser sur leur devenir citoyen au sein des sociétés auxquelles elles appartiennent.

En 2017, alors que les populations pastorales sont régulièrement citées dans les écrits sur l’aide au développement comme étant emblématiques de la résilience, cette session invitera à débattre sur plusieurs aspects du changement social. Si les systèmes pastoraux ont prouvé à de multiples occasions leurs capacités d’adaptation, ce dont il s’agit ici ne concerne pas uniquement les adaptations internes aux systèmes de production, mais les diverses formes de changement social vécu par les fractions des populations pastorales, qu’il soit subi, négocié ou imposé, et le rapport qu’entretiennent ces sociétés au changement.

Les communications et les retours d’expériences pourront aborder ces thèmes :

 

1)    Changements dans l’accès aux ressources productives et aux services de base :

-       Quels changements peut-on observer dans la gestion pastorale des ressources productives (eau, alimentation, races, espèces animales…), dans les systèmes de protection contre les incertitudes, les stratégies de sécurisation ?

-       Quelles sont les nouvelles formes de coexistence avec d’autres systèmes (agricoles, agro-industriels), de quels enjeux sont-elles porteuses (opportunité d’emplois salariés et de débouchés des productions animales, conflits fonciers…)

-       Quels changements s’observent dans les accès et les arbitrages des familles quant aux services de base (santé humaine et animale, éducation…) : comment évolue la scolarisation en général et celle des filles en particulier ?

-       Ces changements sont-ils différents selon les générations, les niveaux de vie, les régions ?

2)    Nouveaux enjeux d’appropriation et d’usage par les éleveurs des nouvelles technologies, portables et réseaux sociaux :

-       Quelle est la diffusion et l’usage des portables, que ce soit dans les activités productives (information, prospection sur les ressources les prix etc) ou sociales ?

-       Les O.P. Pastorales se positionnent-elles dans les sphères du plaidoyer, de l’aide, du militantisme, et sur quelles thématiques ?

3)    Nouvelles réalités des mobilités : la mobilité dans ses différentes modalités, longtemps mise en avant comme la principale caractéristique du mode de vie des pasteurs,

-       Comment évolue-t-elle ? (APESS et appel à semi sédentarisation, etc)

-       Les migrations de travail, les réseaux migratoires prennent-ils un caractère particulier ?

Personnes connectées : 2 Flux RSS